Les Carnets d'Imelda

15 février 2012

Le lieu du printemps

Publié par carnetsdimelda dans Cinema, Philosophie, Psychologie

Conte de printemps, sorti en 1989, est le premier des Contes de quatre saisons d’Eric Rohmer. Le héraut de la Nouvelle Vague filme ici deux amies, Jeanne et Natacha, qui d’un lieu à l’autre se révèlent à elles-mêmes. Une délicieuse pensée cinémato-philosophique sur l’espace.

Jeanne (Anne Teyssedre) est une jeune professeure de philo. Elle est à la rue, et pourtant a la clef de deux appartements : le sien, qu’elle a prêté à sa cousine, et celui de son ami Matthieu, absent. Lorsque Natacha (Florence Darel) lui propose de venir et d’habiter la chambre que son père elle a laissée, elle accepte. Dans la cuisine trônent quatre colonnes inutiles ; elles délimitent un espace.

Dès lors, le ton est donné. De dialogues, parfois un peu récités mais jamais ennuyeux, tissent des liens entre Natacha et Jeanne, toujours prompte à se demander où en est sa pensée. Mais aussi avec le père de Natacha, et Eve son amie. Y aller, ne pas y aller, rester, partir, aimer un lieu, le dédaigner… Paris, la campagne. Chez moi, chez elle, chez lui, chez vous.

La mise en scène de Rohmer toujours sobre et intimiste appuie une réflexion épurée sur l’espace et la liberté, faculté déjà évoquée dans ses précédents films comme Ma nuit chez Maud. Une histoire qui de confidences en chants d’oiseaux parle du printemps.

 

Le lieu du printemps dans Cinema kinopoisk.ru-Conte-de-printemps-1321172--o--

 

12 février 2012

Strasbourg la Lumineuse

Publié par carnetsdimelda dans 2 mois à Strasbourg, Impressions, Photographie

 

Strasbourg la Lumineuse dans 2 mois à Strasbourg P10305801-1024x768

Depuis le Pont Saint-Guillaume.

 

 

P1030602-1024x768 dans Impressions

Maisons du quai Saint-Nicolas.

 

 

P1030567-1024x768 dans Photographie

Enseigne rue de la Krutenau.

 

 

P1030564-1024x768

Vestiges de l’enceinte médiévale, rue du Fossé des Orphelins.

 

 

P1030606-768x1024

Maison rue de la Douane.

 

 

P1030501-1024x768

Le Parlement européen, vu de l’allée du Printemps.

 

 

P1030608-1024x768

Depuis le Pont Saint-Nicolas.

 

 

5 février 2012

Incantations cosmiques

Publié par carnetsdimelda dans 2 mois à Strasbourg, Chanson, Musique

Peut-on chanter le feu, l’eau, la terre, l’air ? C’est ce qu’a fait l’ensemble vocal féminin Plurielles, vendredi 3 février. Cet ensemble strasbourgeois  a interprété diverses compositions du XXe siècle – de Poulenc, Holst ou Rachmaninov - évoquant et invoquant les vibrations du monde.

Dans l’église protestante Saint-Guillaume de Strasbourg, une trentaine de femmes de tous âges s’alignent. Le lieu est sobre - fenêtres longilignes, mais orgue immense et chaire dorée. Leurs regards des choristes se concentrent sur leur jeune chef de choeur, Jean-Philippe Billmann. La pianiste, Vérène Rimlinger, ébauche quelques notes cristallines ; elle travaille à l’Opéra national du Rhin (place Broglie à Strasbourg).

Vêtues de robes noires et ceintures oranges, les femmes aux voix argentées commencent par invoquer le feu, avec l’Hymn to the Dawn (Hymne à l’aube) de Gustav Holst, compositeur anglais mort en 1936. La lumière coulant sur les visages lisses ou ridés des chanteuses devient orange. Puis blanche lorsque c’est l’eau qu’évoque Sur la mer de Vincent d’Indy.

Pour la terre, c’est la surprenante Mouth Music de Dolores Keane and John Faulkner qui éclate. Les choristes simulent la pluie et l’orage par claquements de doigts et de talons, ce bruitage que font certaines chorales comme celle-ci. Lune d’avril de Poulenc, Angyel de Rachmaninov… Une belle occasion de montrer combien le corps humain est à même d’imiter et d’incanter la matrice terre.

Incantations cosmiques dans 2 mois à Strasbourg plurielles

 

1 février 2012

Deux mois à Strasbourg

Publié par carnetsdimelda dans 2 mois à Strasbourg, Architecture, Photographie

« Prodige du gigantesque et du délicat », selon Victor Hugo, la cathédrale de Strasburg étonne par sa hauteur dentelée. Mes photos ne sont qu’une entrée en matière, puisque les prochaines semaines seront une découverte de Strasbourg, à l’occasion d’un stage dans un quotidien régional. En attendant de prochains articles, pas forcément centrés sur la culture, sur cette fascinante Alsace.

Deux mois à Strasbourg dans 2 mois à Strasbourg P10304961-1024x768

P1030481-768x1024 dans Architecture

P1030488-768x1024 dans Photographie

P1030490-1024x768

 

 

30 janvier 2012

La Colline aux coquelicots

Publié par carnetsdimelda dans Cinema, Histoire, Psychologie

La gagnante du concours d’articles a écrit la critique suivante, sur le joli film actuellement en salles La Colline aux coquelicots. Bravo à elle !

La Colline aux coquelicots dans Cinema avant-premiere-colline-aux-coquelicots-nov-2011-211x300

Japon, années 1960. Des drapeaux s’élèvent dans le ciel matinal, claquent en haut du mât, sous l’oeil attentif d’Umi. En face, sans qu’elle le sache, une jeune  garçon lève avec la même ardeur les pavillons en haut de son navire. Modèles d’obéissance et de studiosité, Umi et Shun se retrouvent au lycée et au vieux foyer dénommé « Quartier Latin » qui fourmillent d’élèves adonnés à divers travaux, dont la réalisation d’un journal.

Umi est orpheline de père, Shun ne sait quels sont ses vrais parents : une forte amitié naît entre eux, guère démonstrative, tout en grands yeux étonnés et en gestes d’attention, mais qui se resserera au fil du scénario.

Rien d’imprévisible dans ce dessin animé des studios Ghibi réalisé par Gor Miyazaki, le fils du célèbre réalisateur et scénariste Hayao Miyazaki. Peu d’action et de rebondissements, mais beaucoup de finesse, d’émotion et même d’humour. On ne regarde pas, on contemple les dessins qui sont une vraie merveille, tout en coloris et détails. A travers cette histoire assez simple qui réjouira petits et grands se dessinent une réflexion en filigrane sur l’importance de la filiation, la connaissance de ses racines pour construire son avenir.

Les jeunes héros plaident pour le maintien du vieux foyer, promouvant le respect et l’assimilation de ce qui les a précédés et se heurtent de plein fouet au vent alléchant de la modernité qui emportent d’autres élèves. Un film rétro et charmant.

Maritro de Lyrvehc

30 décembre 2011

Deux ans du blog : jeu-concours

Publié par carnetsdimelda dans Actualité, Litterature

Demain, les Carnets d’Imelda fêteront leurs deux ans ! Depuis le premier article du 31 décembre 2009, une brève invitation à écouter le concerto La notte de Vivaldi, 212 articles ont été publiés (soit deux par semaine en moyenne). Parmi eux, 69 rentrent dans la catégorie « Littérature », 36 dans « Musique », 31 dans « Histoire »…

11 000 pages ont été vues depuis la création du blog. Le nombre de visiteurs a augmenté chaque mois, s’élevant à 2500 par mois aujourd’hui, soit 83 visiteurs par jour en moyenne.

Les articles les plus lus depuis le début sont assez surprenants (hormis la page principale du blog) :

1. Les articles de la catégorie « Peinture ».

2. Les articles de la catégorie « Petites réflexions ».

3. Riez… L’article improbable « Penser la peluche ».

4. L’interview d’Aude Pilorgé, auteur d’un roman médiéval.

5. Les articles de la catégorie « Musique ».

6. L‘interview d’Emmanuel sur le XVIIe siècle.

Pour fêter cela, et la culture en général, je vous propose un jeu-concours.

Le gagnant sera celui qui proposera le meilleur article sur un livre, qu’il s’agisse de roman, théâtre, essai, histoire ou un film de son choix. L’article doit comporter 3000 caractères maximum et doit être envoyé avant le 21 janvier 2012 à l’adresse suivante :

carnets.dimelda@laposte.net

1er prix : La délivrance de Tolstoï d’Ivan Bounine, L’Oeuvre 2010. L’itinéraire d’un grand écrivain.

2e prix : Jeanne de Jacqueline de Romilly, Editions de Fallois, 2011. L’admiration de l’ex-académicienne pour sa mère.

3e prix : le CD de Concertos pour Clavier de Jean-Sébastien Bach, exécutés par David Fray, Virgin Classics 2008. Une interprétation de référence.

 

Deux ans du blog : jeu-concours  dans Actualité       dans Litterature

af9b2ab81f7635d3d136a82c746d3745-300x300

 

27 décembre 2011

Radio : quel bon ton de voix ?

Publié par carnetsdimelda dans Ecrire, Journalisme, Mots

« Bonjour Machin, bonjour à tous. » Qu’est-ce que cette voix artificielle, stéréotypée, des animateurs de radio ? Faussement enthousiaste ? Ou alors presque indifférente aux mauvaises nouvelles qu’elle annonce, des morts par ci, des morts par là, et l’on enchaîne sur le sport et la bourse… Comment rendre une voix radiophonique un minimum sincère, engagée, authentique ?

Il faudrait peut-être passer par l’écriture littéraire pour trouver une réponse. Pour faire de la littérature, il ne suffit pas de plaquer des procédés dits littéraires (épithètes inversées, métaphores à foison, périphrases…). Le langage va s’enrichir naturellement et devenir plus fin, plus littéraire, à mesure que s’enrichit le rapport de l’écrivain au langage. La qualité littéraire d’un texte n’est pas un vernis, mais son étoffe même. En d’autres mots : c’est la maturité et l’implication de l’auteur qui va trouver des mots neufs, et non déjà éculés, pour circonscrire l’objet précis de son invention. (Merci François Magné.)

De même, en radio, ce n’est pas le vernis de l’enthousiasme ou de la gravité qui va moduler la voix. C’est l’intérêt que le présentateur porte à l’événement qui fait entrer une chaleur dans son timbre. En école de journalisme, on apprend à faire des flashs info de manière convaincante, non seulement en articulant et en variant le ton selon la nouvelle, ou en faisant des phrases originales et variées. On s’exerce surtout à parler à la radio en apprenant à parler du quotidien, à parler comme au milieu d’un repas, à parler d’un sujet quelconque qui nous touche vraiment. Dire simplement, comme si on racontait à des proches. On choisit les événements et on écrit les brèves qui nous parlent, qu’on a envie de dire au monde, d’annoncer ou peut-être implicitement de dénoncer.

Evidemment, s’approprier un accident en Chine ou une fête à Lyon n’est pas forcément facile en peu de temps. Mais c’est aussi tout le travail du journaliste, tentant de mettre un peu d’ordre et de mots dans ce que Macbeth évoque : « La vie […] : une fable / Racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, / Et qui ne signifie rien. »

 

Radio : quel bon ton de voix ? dans Ecrire radio_micro

10 décembre 2011

Paganini le Capricieux

Publié par carnetsdimelda dans Histoire, Musique

Série sur les compositeurs italiens

Paganini le Capricieux  dans Histoire paganini

Depuis le 1er décembre, un violoncelle Stradivarius de 1707 est mis aux enchères : le « Paganini-Comtesse de Stainlein ». Niccolo Paganini (1782-1840) a donc possédé cet instrument. Violoniste et compositeur italien, il a révolutionné la pratique du violon à l’aube du romantisme.

Naissance à Gênes et mort à Nice, Paganini se distingue de ses confrères par ses compositions instrumentales, alors que l’opéra envahit le champ musical italien. En tournée de concerts dès l’âge de quinze ans, il dépasse déjà ses maîtres qui n’ont plus rien à lui apprendre techniquement.

Il déploie en effet de nouveaux moyens pour créer des sons de violon, par exemple le mélange de pizzicato (pincement des cordes avec les doigts) et d’arco (frottement des cordes de l’archet).

Paganini avait en fait une sorte d’heureux handicap : il souffrait probablement du syndrome de Marfan, c’est-à-dire que ses ligaments se tendaient beaucoup plus que la normale. Ses mains étaient d’une extensibilité hors normes. Son oeuvre la plus connue, les Vingt-quatre Caprices pour violon solo, a été déclarée injouable par de nombreux artistes du XIXe siècle.

Ecoutons ici le 24e de ces caprices dans l’interprétation d’Alexander Markov. Brahms essaya de transposer au piano cette 24e variation (ici). L’influence de Paganini va jusqu’à la réalisation du film Kinski Paganini, par l’allemand Klaus Kinski en 1989. Balzac avait donc raison, quand il évoquait dans L’Interdiction (1839) la « puissance magnétiquement communicative » de Paganini.

 

10 novembre 2011

Une année à la Sorbonne

Publié par carnetsdimelda dans Histoire, Impressions

La fac est une expérience dont vous trouverez mes impressions dans les « billets de la fâkheuse » postés en 2010-2011, et rassemblés ci-dessous pour plus de commodité.

 Une année à la Sorbonne dans Histoire sorbonne01

L’attente, une posture parisienne – 27 septembre 2010

Attendre. Dix minutes pour acheter un sandwich à l’heure du déjeuner. Un quart d’heure pour acheter des tickets de métro (et entendre finalement que le guichet ne délivre que des informations, pas de tickets). Vingt minutes pour passer à la caisse du Monoprix. Vingt-cinq minutes pour faire valider par la fac son attestation de bourse. Une demi-heure pour régler un problème d’équivalence à la fac. Trente-cinq minutes en vue d’adhérer à une mutuelle étudiante. Une heure et quart avant de visiter le lycée Henri IV aux journées du patrimoine. Cinq heures pour accéder (ou non) à l’Elysée pendant ces mêmes journées…

C’est à devenir fou.

Cependant, plutôt que de s’arracher tous les cheveux, essayons de nous poser sur un coin de siège de bus urbain, s’il en reste encore un, et de réfléchir. Pourquoi cette attente ?

Il peut s’agir d’un problème logistique, purement mathématique. Il n’y a pas assez d’employés dans l’administration de la fac pour une demande importante. Donc un employé se partage davantage de clients, ce qui allonge l’attente de chacun selon un rapport de 2×3/X2 -∞.

C’est aussi un problème social : à l’heure de la crise et du chômage, ne devrait-on pas employer plus de secrétaires, de guichetiers et d’hôtesses de caisse ? Je laisse les problèmes de micro et macroéconomie à leurs analystes chevronnés.

A un niveau plus élevé d’interprétation, n’y a-t-il pas un sens philosophique à cette attente ? N’est-ce pas le concept de mérite qui arrive, couronné de lauriers, mais dédaigné par les files d’attente trépignantes ? Pour acquérir ce beau sandwich jambon-comté qui nous tend les bras, ne devons-nous pas le mériter ? Songer aux grains de blé durement moissonnés, épurés en farine, transformés en pain ? Et à ce sympathique cochon mort dans l’anonymat, pour offrir au consommateur indifférent sa tendre viande ? Quant à cette salade qui a le goût de papier, ne mérite-t-elle pas nos affectueuses pensées ? Dix minutes ne seront pas de trop.

Songeons-nous aussi aussi à ces ménagères qui, pendant l’Occupation, faisaient la queue dans le froid pour avoir quelque maigre viande pour nourrir leurs enfants ? Mais, me direz-vous, nous ne sommes plus en guerre, mais à l’ère de la société de consommation. Tout est à notre portée : en un geste du doigt sur la télécommande nous avons des images exclusives du Haut-Liban, et en quelques clics les adresses de maîtres verriers à Bourg-en-Bresse. A Paris même, si l’on souhaite une gravure Régence 12×18 ou un gilet gris à col noir en angora, des milliers de magasins agitent leurs enseignes.

Alors, ne râlons pas si le caissier met du temps à trouver le prix du melon cultivé dans le Vaucluse.

Le métro comme bain de culture – 18 octobre 2010

Après ce titre, vous vous imaginez déjà une longue réflexion sur la diversité culturelle des usagers du métro, avec l’image de gens de cinq continents se pressant dans les rames.

Eh bien non, il s’agit aujourd’hui de prendre conscience d’un fait précis. Le nom des stations de métro nous plonge dans un formidable bain culturel, à travers des siècles d’histoire, de grands personnages, de saints, de lieux et d’événements.

(Lire la suite…)

10 novembre 2011

Mon journal de khâgne

Publié par carnetsdimelda dans Impressions, Mots, Petites reflexions

Avec la nouvelle présentation du blog, les pages « billets de la khâgneuse » que j’avais écrits pendant mon année de khâgne en 2010 apparaissent mal. C’est pourquoi vous le trouverez sous la forme d’un journal dans l’article ci-dessous. Bonne lecture !

Mon journal de khâgne dans Impressions 3603751086_053fe72afe

Déformations khâgnales – 6 janvier 2010

Etre en khâgne, c’est plus qu’un investissement. C’est un engagement de soi-même. En effet, nos idées, nos références, notre être même s’en trouve modifié. Et même notre réflexes, notre vision, nos sensations. La schizophrénie est proche.
Vous ne me croyez pas ? Quelques exemples.
Je demande à ma soeur ce qu’elle désire pour Noël. Elle me répond « un gros peigne magique » (vous savez, ces barettes à multiples fonctions). Et moi, qu’entends-je ?
- Le Groupé et le Magique
Sans doute un essai philosophique de la même veine que Le Normal et le Pathologique, de Georges Canguilhem (que nous avions étudié auparavant en philo)…
Un jour, je souhaite imprimer un document. Dans les différentes qualités d’impression, il y a : « Brouillon », « Normale », et « Supérieure ». Et que vois-je immédiatement ?
« Normale Supérieure ». L’ENS, quoi.
Du même style, sur une boîte de compresses stériles, je vois le nom « Stérilux ES »… L’ES ?
L’Education sentimentale, de Flaubert. Nous sommes en train de l’étudier.

Aujourd’hui, c’était le début des soldes. Quelqu’un nous demande si nous y allons. Nous répondons que nous sommes bien au-dessus de cela, dans des sphères intellectuelles dépassant la matérialité de… bref, vous voyez. L’esprit de l’escalier m’a fait songer que nous aurions pu dire : « Les soldes ? Qu’est-ce donc ? Ah, vous voulez dire la solde, la rémunération donnée au légionnaires romains ! »
Nous étions présentemment l’administration de l’Empire romain, en latin…
Et bien d’autres encore !

Impostures – 7 janvier 2010

Un professeur a écrit en commentant une de mes dissertations vraisemblablement trop formelle que mes qualités de plume risquaient de devenir le cache-misère d’une absence de pensée réelle et personnelle. Il y a quelques mois, un autre professeur avait déclaré qu’une finesse d’écriture ne correspond pas forcément à une finesse de pensée.
Me voilà aigrie, mois qui déteste particulièrement, d’un point de vue théorique, l’illusion des mots, l’imposture esthético-littéraire qui donne l’impression d’enfermer le monde dans la gangue étroite des mots. Ou simplement celle de dire des choses alors que tout n’est que séduisante vitrine, songe creux.

Comment penser, finalement ? Ce qui m’agace, c’est que tout semble contre nous. Depuis la méthode semi-globale d’apprentissage de la lecture, jusqu’au système schématique d’analyse littéraire du secondaire qui passe les textes les plus variés au crible de critères binaires… La prépa est censée affiner notre sensibilité et notre jugement notamment en élargissant notre culture, et c’est bien. Mais comment en quelques mois rénover l’édifice bâti de notre société dont personne n’ignore qu’elle est imbibée de stéréotypes, de manichéisme et parfois d’idéologie ?
Cette injustice que je ressens n’est certes pas dépassionnée. L’utime salut sera sans doute de lire, de lire, de parler et de lire, avec ce pinceau textuel qui nuancera vraiment ce noir et ce blanc de mille couleurs, demi-teintes nouvelles voire idiosycrasiques. De quoi non pas repeindre le mur du monde, mais le voir sans oeillère et y ajouter, discrètement, quelques petites fleurs de pensée.

(Lire la suite…)

123

DanceMusicNews |
marc marilyn manson |
Metallica up your ass |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | La vérité est ailleurs vers...
| Haute Tension
| aaron57